Le visage d'ULO

 

Tu diras de toi

Je ne suis qu'un âne, un ânon accompagné de son ânesse

( Krist-All)

« Un Enfant accompagné de sa Mère »

 

Ulo

 

Quand j'étais très jeune, le visage d'une femme apparaissait à mon réveil. Je restai là de longues secondes à la regarder avant qu’elle ne disparaisse. Elle était très belle et portait un voile sur sa tête. Son visage reflétait douceur et tendresse, et il y avait aussi comme de la tristesse ou de la compassion dans son regard. Je me souviens que je me sentais bien comme apaiser quand j’ouvrai les yeux, et qu’elle était là.

Depuis mon enfance, je savais que c’était ma Mère, mais sans en connaître la raison exacte. Plus tard, en âge de comprendre, je me suis dit qu’elle devait appartenir au passé… Le 30 Janvier 2016, elle est intervenue pour me dévoiler ceci « Un jour, c’était au commencement du monde, une étoile est tombée du ciel, et c’est brisé en arrivant sur terre. Sa mère, qui était resté à ses cotés pendant des siècles, recollât les morceaux éparpillés au quatre coin du monde ; et plaça l’étoile à l’endroit de son cœur, pour qu’il se souvienne »… Je me suis même effondré en larme avant la fin de son message ; tellement sa voix était douce et réconfortante ; ainsi que sa révélation bouleversante. Elle ma fait comprendre que cette étoile tombé du ciel « c’était moi » et que mon corps avait été éparpillé au quatre coin du monde (sans doute en terme symbolique)… C’est dans la nuit du 19 Octobre 2017, que j’ai reçus son Nom « Ulo, et aussitôt après,  le visage d’Ulo » que j’ai écrit aussitôt sur une feuille de papier. Plus tard dans la matinée, j’ai fais une recherche sur cet étrange prénom. Ulo ou Iulo, était le surnom de Cérès dans la mythologie romaine, mais il signifie aussi, l’Épi de blé, ou « gerbe de blé » (Encyclopédie méthodique: Antiquités, Mythologie). Ulo, est devenu pour moi la symbolique qui la représente.

Plus tard, j’ai demandé à en savoir un peut plus ; et dans la nuit du 12 Juin 2018 à 3h00 du matin, j’ai été réveillé (comme cela se passe généralement) et j’ai reçus  le nom de « SHAROUNA »… Après une nouvelle recherche ; Sharouna ce trouve en Égypte, mais c’est aussi l’ancien nom de la plaine de Sharon en Israël au temps d’Akhenaton.

Ce que j'ai trouvé


 



Fouilles archéologiques sur le site de kom al-ahmar, (Sharouna, moyenne-égypte) 2006-2014.

 

 

 


Trouvé sur Internet

Deux villages ou aurait vécu la sainte famille en Égypte après avoir quitté le Caire

« Deir El Garnous » et « Gabal Al-Teir »

 

 

-------------------------

 

Intervenante : Béatrice Huber, université de Tübingen

La région entre el-Kom el-Ahmar/Sharouna et Qarara, située en Moyenne-Égypte à 200 km au sud du Caire, fait l’objet depuis plusieurs années de recherches archéologiques menées par l’Institut d’égyptologie de l’université de Tübingen. Les fouilles ont révélé une occupation dense du territoire aux premiers siècles du christianisme et mis en lumière les multiples aspects de la vie quotidienne des habitants tant du point de vue économique que religieux. Le complexe religieux de Sharouna comprend une église funéraire entourée d’un vaste cimetière et de nombreux petits ermitages et monastères disséminés dans le désert. Il était le centre d’un culte des saints dont la pratique était extrêmement populaire en Égypte. La viticulture et le tissage occupaient une grande partie de la population civile et monastique qui produisait aussi bien pour ses propres besoins que pour l’exportation. Le cimetière de Qarara, dont le matériel archéologique est parfaitement conservé, se prête particulièrement à l’étude des rites funéraires et de l’industrie textile, qui témoigne d’une technique particulièrement avancée. ( www.louvre.fr)

 


 

« Je suis la rose de Sharouna, le lys blanc de la vallée du Nil »

(Krist-All)

 

 

Les roses étaient cultivées principalement en Egypte ainsi qu’en Perse (actuel Iran), c’est pourquoi les Romains les importèrent d’abord par bateaux entiers avant de les cultiver eux-mêmes ;
. (source interfleura)


En Egypte, l'unité des Deux-Terres est fréquemment évoquée par la scène du Séma-taouy « Ce motif décoratif figure fréquemment sur les deux flancs latéraux du trône royal. La plante du Sud, est le lys blanc du Nil ; et celle du Nord, le papyrus..( wikipedia)


Les deux fleurs les plus célèbres associées à Marie, sont le LYS et la ROSE que l’on retrouve en haut des vitraux de la chapelle d’Arliquet. Le LYS blanc, appelé, LYS de la MADONE, symbolise la pureté et la ROSE parfumée, l'amour et la générosité.

 


 

L'Égypte au temps d'Akhenaton

 

 

24 Juillet 2018

Ce que j'ai trouvé sur Internet

Du nouveau sur « SHAROUNA » en rapport avec Ulo, dont la symbolique est « la gerbe de blé »

 

(persée.fr)
 



Elle était le fief du Dieu du blé. La partie la mieux cultivé de palestine. (persée.fr)

Le pays de Canaan (aujourd’hui Israël) était une province égyptienne à l’époque d’Akhenaton et de son Père (voir la carte)

La Terre Promise devient « la terre de blé et de moût » {Deutéronome, XXXIII)

Autre chose d’intéressant sur la pleine de Sharon au sud de Nazareth et en rapport avec le Lys :

Pourquoi Lys & Saron ? Le Lys c’est une Fleur qui représente l’Amour, La Beauté, La Royauté et la Pureté ( Matthieu 6:28-29)
Le Sharon c’est une plaine ou un plateau, région du plateau qui s’étend de Cesarée en Palestine jusque Joppé région abondante en pâturage et célèbre pour sa fertilité « Et moi je suis une fleur de la plaine de Saron (Cantiques des Cantiques 2:1), ( Esaï 35:2)


 

Champs de roses dans la plaine de Sharon

 

 

Trouvé par hasard sur Internet le

08 Août 2019

(Encyclopédie des sciences religieuses, 1878 : tome 3)

L'Evangile selon saint Jean emprunte à la gnose alexandrine sa doctrine du Logos. Il débute par la généalogie divine du Sauveur. Le Logos est le principe de la révélation essentielle de Dieu (son souffle), le résumé de toutes les forces divines. Il a, dans la pensée de l'écrivain sacré, une existence propre, consciente et personnelle. Distinct de Dieu, mais non séparé de lui, participant à son essence, le Verbe incréé est le créateur du monde, comblant l'abîme qui existe entre la divinité transcendante et le monde matériel et communiquant à l'humanité les perfections qu'il possède à l'égal de Dieu. Les discours que Jean met dans la bouche du Christ viennent corroborer les affirmations du prologue « Jésus est appelé le Ulo » ; (III, 36; V, 19; VIII, 35), le uisç 0eou, l'unique en son genre. Il est « UN » avec le Père.

Cela me fais penser au mot " Couzou " dans le zohar, livre de la Kabbale Juive, qui désigne aussi cette Unité avec Dieu.

 


 

La symbolique du Le blé

 

L'épi de blé emblème d'Osiris, symbole de sa mort et de sa résurrection

 

 

« Nous avons qu’une seule vie ; la vie de notre Âme » ( Krist-All) ; mais c’elle-ci traverse plusieurs étapes de l’incarnation. J’avais reçus ceci :

« Votre Âme a pris incarnation dans la matière il y a des milliers et des milliers d'années, vous avez été poussières d'étoiles ; cette particule de vie présente dans l'Univers. Et depuis ces temps anciens, votre Âme a grandie, elle est maintenant dans cette vie d’hommes ou de femmes dotées d'une conscience et d'une intelligence correspondant à l'évolution de celle-ci.
En vérité, peu d'âmes appartiennent à ce monde, car seule la vie issue de la matière y est lié par appartenance à la terre mère dont elle à vue le jour. L’âme véhicule à travers le temps et l'espace, née au cœur même de la création d'un Univers, elle lui appartient « c'est son royaume » le royaume des cieux. D’arbres en arbres, de fruits en fruits… tel un papillon, elle va à la rencontre de sa véritable identité »
 

.........................................

 

Le voile D'Isis

souvenir d'enfance

(C'était le 20 Mars 2014)

Elle était là, à mon éveil… un voile posé sur sa tête

Ce qu'Il ma dit, quand j'ai repensé à ce souvenir d'enfance

 « Le voile d’Isis »

Sous son voile, Isis souffle à notre oreille les mots dont on a besoin

La nature de ce qui nous est caché

(Krist-All)

« Je suis ce qui a été, ce qui est, et ce qui sera, et nul mortel n’a encore levé le voile qui me couvre »

Isis

La grande Mère

ou

La grande Prêtresse

 

Revenir à l'accueil