Les Rois de Domnonée

et

la chapelle du Graal

 

d'abord ceci :

« La Bretagne est l'âme de la FRANCE et c'est LA NOUVELLE ISRAËL »

Marie Julie Jahenny

« Avec la venue du Christ, il eut à cette époque une scission chez les hébreux. Les tribus qui suivirent le Sauveur immigrèrent en Bretagne ! C’est ainsi que cette terre en reçut un grand nombre. Les bretons descendent de la lignée la plus lumineuse dont sont issus Sainte Anna et Saint Joachin (les parents de la Vierge Marie), en passant par les patriarches jusqu’au roi David. La Bretagne est l’âme de la France, la Nouvelle Jérusalem ! »

Le second : « C’est maintenant à la Bretagne que revient la légitimité, le droit d’aînesse, la primogéniture. Le Roi qui sera offert à la France sera Roi de Bretagne. Ses ancêtres régnèrent sur la France et la Bretagne. Il sera apparenté à la famille de Nazareth. »

Marie Julie Jahenny


 

Les Rois de Domnonée

Guidé par Krist-All

Les fils d'Antioche

( Pergame )

Le 16 décembre 2017

 Les deux Antioche fondé par la même famille « Père et Fils »

Antioche : Fondée vers 300 av. J.-C. par Séleucos Ier Nicator « il l'appelle Antiocheia en souvenir de son père Antiochos »

Antioche de Pisidie (Galatie) : Fondée en 280 av. J.-C., par Antiochos Ier, fils de Séleucos Ier, l'un des généraux d'Alexandre le Grand.

Arbres généalogique

(Krist-All)

reçus au réveil du 15 Décembre 2017

Irénée de Lyon

Sans doute en rapport avec les fils d'Antioche et les Rois de Domnonée

Autrement, je ne ne vois pas la raison de cette révélation

Je dois reconnaître qu’au départ, je n’étais pas très motivé pour faire une recherche sur mon téléphone, surtout à 5 h10 du matin. J'avais plutôt envie de retourner dans les bras de Morphée. mais impossible de me rendormir, le nom d'Irénée résonnais avec insistance. Qui était Irénée de Lyon ? Je ne comprenais pas la raison de cette révélation. Hier, j’ai mis à jour mon site web sur Krist-All et j’ai crée une page sur les Rois de Domnonée, après avoir trouvée que Antioche de Pisidie ce trouvait dans le royaume de Pergame au II-III siècle après J-C (La raison de « Pergame » à la suite « des fils d’Antioche » le 30 Novembre).
Ce matin, je ne comprenais pas le sens de cette révélation sur Irénée de Lyon ; Alors la carte de la veille m’est apparue (voir si dessous, les flèches bleu) J’ai donc réalisée qu’il devait y avoir un lien avec les rois de Domnonée. Une descendance ? C’est possible, j’aurais peut-être une confirmation. Ou alors un compagnon de route.

 

Né en Asie Mineure ( Royaume de Pergame) vers 120 ou 130, de parents grecs et chrétiens. Il témoigne avoir connu saint Polycarpe, qui lui-même aurait reçu l'imposition des mains de l'apôtre Jean. Saint Jérôme dit qu'Irénée fut aussi le disciple de saint Papias.

Il vint en Gaule avec des missionnaires

 

Nous n'en connaissons que peu de choses : les seules sources sont ses propres écrits et de rares renseignement puisés chez Eusèbe de Césarée, dans son Histoire ecclésiastique. Né en Asie (vers le milieu du II° siècle), peut-être baptisé enfant, il a connu Polycarpe (né vers 69, mort martyr vers 155), évêque de Smyrne (aujourd'hui Izmir en Turquie) dont il a reçu un enseignement. Pour une raison inconnue, Irénée est venu à Lyon, après un possible passage par Rome. En Gaule, il devra d'ailleurs apprendre la langue du lieu. Nous ignorons également où et quand il a été ordonné prêtre. Nous ignorons enfin la date et les circonstances de la mort d'Irénée.

(Irénée, sa vie, son œuvre/abbaye-veniere)

 

Généalogie

Rois de Domnonée

La Chronicon brittanicum (couchée sur papier au XVe. siécle) indique pour l'année

 511 ou 513 selon les versions, que sous le règne des fils du roi Clovis arrivent en Armorique des Bretons venant de la Bretagne d'outre mer (transmarini Britones in minorem Britanniam). Leur chef ou dux est un nommé « Riwal (latin Riwalus) » (Wikipedia)

Rois de Domnonée

Riwal en latin : Riwalus (mort vers 520) est un dux breton chef de l'émigration bretonne en Armorique au début du VIe siècle et fondateur de lignée des Rois de Domnonée.

510-520 : Riwal (venue de la Cornouailles Britanique )
520-535 : Deroch fils de Riwal ;
535-540 : Iona fils de Deroch ;
540-545 : Judual fils de Iona ;
540-555 : (Conomor, d'abord régent puis usurpateur)
555-580 : Judual rétabli ;
580-605 : Judaël fils de Judual ;
605-610 : Haëloc fils puîné de Judaël ;
610-640 : Judicaël († 647/652) fils aîné de Judaël abdique ;
640-640 : Josse († 669) fils cadet de Judaël, renonce au trône après le décès de son épouse.
640-640 : Winoc († 717) fils (?) de Judicaël renonce au trône.

 

Chapelle du Graal à Tréhorenteuc

(Brocéliande)

 

Le roi Judhaël de Domnonée (côtes Anglaise et Française), qui régnait sur toutes les terres des environs, parti à la chasse. Il se perdit dans une forêt de son immense royaume. Le hasard, ou peut-être le destin, le conduisit vers le palais de Tolente. Là, il fut accueilli par la jeune Pritelle et les serviteurs du château. Il fut si bien reçu et avec une telle grâce par la princesse qu’il en tomba immédiatement et éperdument amoureux.
La nuit qui suivit leur rencontre, le roi Judhaël fit un songe mystérieux. Il rêva qu’il était assis sur un trône d’ivoire au sommet d’une montagne où l’on ne pouvait grimper que par un chemin très escarpé. Du haut de son promontoire, il était le témoin d’un étrange spectacle. Devant lui se dressait une colonne dont il était impossible d’évaluer la hauteur. Son chapiteau se perdait dans les nuages perchés dans les plus hautes strates du ciel. La partie inférieure de la colonne était constituée d’un métal éblouissant. Des armes de toutes sortes y étaient suspendues : épées, glaives, boucliers, et autres lances. La moitié supérieure, celle qui s’élançait vers le ciel, était auréolée telle un ange et décorée d’objets mystiques en or dont des calices parés de diamants inestimables.
La colonne brillait de mille feux. Puis, la princesse Pritelle apparut, rayonnante, au milieu de toutes ces richesses. Elle confia au roi de Domnonée, que c’était elle qui jusqu’à présent portait la charge de garder cette colonne, mais que l’heure était venue, où lui, Judhaël , était désigné pour prendre la relève.
En se réveillant, Judhaël se demandait quelle pouvait bien être la signification de cette divine apparition de la jeune fille qu’il avait rencontrée le jour même. Perdu dans ses réflexions, il décida d’envoyer un messager consulter le devin le plus talentueux de l’époque, le druide et poète Taliesin. Ce barde était capable de distinguer dans les songes la part de fortune ou de malheur qu’ils contenaient. Par chance, l’éminent mage originaire du pays de Galles était justement de passage en Armorique. Le grand Taliesin adressa ces mots au messager de Tolente : “Si ton maître épouse la fille d’Ausochus, ils donneront naissance à un fils qui sera plus heureux et meilleur que son père, non seulement sur la terre, mais aussi au royaume céleste ; de lui sortiront de vaillants rejetons, qui seront rois, comptes royaux et prêtres servant le seigneur. Ce fils serait d’abord un valeureux chevalier sur terre, et ensuite il combattrait pour le ciel.”

 

 


ROYAUME DE PERGAME


État de l'Asie Mineure occidentale, formé autour de la ville de Pergame ( II et III s.), et placé sous le gouvernement de la dynastie des Attalides. L'origine de cet État est liée à la malhonnêteté de Philétairos, préposé par le roi Lysimaque à la garde de son trésor. En 282, Philétairos trahit son maître lors de sa lutte avec Séleucos Ier et celui-ci lui permit en récompense de conserver ses richesses, Pergame et le territoire avoisinant, dont le port d'Elaia (Élée). Indépendant de fait, Philétairos (282-263) était devenu un dynaste comme il y en avait tant dans l'empire séleucide. À sa mort, son neveu, Eumène Ier (263-241), entra en conflit avec Antiochos Ier et acquit son indépendance totale par la victoire de Sardes (262). Son cousin, Attale Ier (241-197), fut le premier à porter le titre royal après sa victoire sur les Galates (avant 236). Il tenta d'étendre ses possessions aux dépens des Séleucides mais dut s'incliner devant la puissance restaurée d'Antiochos III (222). Il chercha alors à développer son influence dans l'Égée et en Grèce en s'alliant à la Ligue étolienne et à Rome, mais il s'attira ce faisant l'hostilité de la Macédoine (218-205). Cette dernière reprit la lutte contre Pergame (201) qui courait le risque d'être prise en tenailles entre la puissance macédonienne et la puissance séleucide alors à son apogée. Attale Ier fit appel à Rome, et joua ainsi un grand rôle dans l'intervention de Rome en Orient. Eumène II (197-159) poursuivit sans relâche cette politique de bonne entente avec Rome. Il en recueillit les bénéfices lors de la victoire de Rome sur Antiochos III, à laquelle il avait contribué ; lors de la paix d'Apamée (188), il reçut la plupart des possessions séleucides au nord du Taurus : son royaume s'étendait de la Lydie à la Pamphylie et à [...] (Universalis)

 

 

Revenir à l'accueil